Clif ARDI

Schaerbeek, 1965


L'amour n'est jamais plus beau qu'humanisé par la tendresse. Clif Ardi ne montre pas les formes, elle les fait vivre : d'où parfois des déformations ou des raccourcis, qui ne sont ni naïveté, ni démonstration de virtuosité, mais fidélité à des femmes ou à des mères, anonymes ou apathiques, souvent massives, volumineuses, presque adipeuses mais combien maternelles, généreuses, protectrices et courageuses.
Ardi aime étonner, surprendre. Ses compositions colorées mêlent philosophie populaire, songe et réalité ; d'où l'étrange et fascinante attirance qu'elles exercent. Avec elle, l'art sort du ghetto étroit du classicisme pour s'emparer de l'espace, se développer hors des stéréotypes, des représentations.

Lucien Rama (extrait, février 2007)



Formation

Née en 1965 à Bruxelles, Clif Ardi suit desétudes de communication sociale. Lors d'un séjour au Nicaragua, elle rencontre l'artiste cubaine Rosi Lopez qui l'initie au travail passionnant de la terre. De retour en Belgique, elle suit des cours de céramique à l'Académie des Beaux-Arts de Saint-Gilles (Bruxelles).
Très vite, elle se découvre une âme indépendante et décide de rejoindre le courant tumultueux de la création en autodidacte.
De ce bouillonnement intérieur surgit des oeuvres ludiques, pleines de vie où la poésie côtoie l'innocence de l'enfance. Les formes généreuses nous invitent aux caresses, nos sens vibrent devant cet érotisme omniprésent.
Clif Ardi, c'est un univers suave tendu vers une séduction sans tabou.

Fermer

Newsletter

Entrez votre e-mail


Inscrivez-vous pour recevoir nos invitations aux vernissages et expositions à venir.